+33 6 03 98 33 90 [email protected]

Episode 17 : Cinq étapes pour vivre le changement dans notre petite tête

par | Juin 8, 2020 | Podcast | 0 commentaires

Découvrez ci-dessous les références aux études scientifiques mentionnées dans cet épisode de votre chaine de podcasts Un Accent sur le Nouveau Leadership.

 

Résultats et discipline

 

En 2009 l’University College of London a publié une étude sur l‘impact de la régularité dans l’instauration d’habitudes porteuses de résultats. Peu de temps après, les Dr. Megan Oaten et Ken Cheng s’intéressent à l’auto contrôle et les effets bénéfiques des habitudes (ou rituels comme j’aime les appeler) une fois qu’elles sont instaurées : une histoire de performance !

Ces études font sauter en mille morceaux une croyance limitante majeure : on est discipliné, ou pas. BS, dit l’étude de l’University College of London !

Il n’est pas nécessaire d’être discipliné comme ce superman stakhanoviste de l’engagement performant. Fini de vous flageller ! Il vous faut juste de la régularité le temps d’intégrer le changement et en faire une habitude. On dit souvent qu’il faut 21 jours pour intégrer une habitude mais aucune étude scientifique ne confirme cette croyance. La seule étude en ce sens démontre qu’ en moyenne il faut 66 jours pour instaurer une habitude. Les plus rapides de l’étude, l’on fait en 18 jours, les plus lents en 254 jours. Alors prétendre le faire en 21 jours ? C’est nous positionner au même niveau que les kadors de l’étude. Bref, à quoi bon se mettre la barre aussi haut ? Ce qui compte n’est pas être plus ou moins rapide, mais intégrer pour de bon un changement. Du coup, pas besoin de vous fustiger si vous ne pensez pas être discipliné. Il suffit de l’être le temps nécessaire de transformer le changement en habitude et ça se compte en quelques semaines, pas à vie ! Ouf ! Au bout d’un certain temps, le « mode par défaut » rentre en jeu et plus besoin de déployer autant d’efforts. Le plus important est de connaitre le temps qu’il vous faut, à vous, pour transformer un changement en habitude. 21 jours ? Un mois ? 6 semaines ? Une fois que vous connaissez, approximativement, votre fenêtre de cadence, vous avez une ligne d’arrivée. Il est beaucoup plus facile de tenir dans le temps quand vous avez un compte à rebours ! Merci l’University College of London !

Mais ceci ne concerne que l’étape 2 de la démonstration de ce podcast, car les trois suivantes, même si elles existent dans la parenthèse dont il est question dans cette étude, elle ne sont pas metionnées… mais elles ne sont pas moins importantes pour autant !

 

Resultats de l'Etude du London University College sur la discipline et les habitudes

Etude l’University College of London sur la discipline et l’intégration d’habitudes, complétée des résultats de l’étude des Dr. Oaten et Cheng sur l’auto-contrôle.

 

Volonté et prise de décision

 

L’Université de Stanford et l’Université de Negev, nous parlent aussi de volonté. Encore quelques croyances limitantes qui vont sauter en miettes dans l’étape 2 des 5 qui occupent notre bande passante cérébrale et dont il est question dans ce podcast.

Prendre des décisions consomme des ressources. La volonté aussi. Elle consomme tellement de glucose qu’elle est d’ailleurs comparée à un « muscle » dans un article du Journal of Personality and Social Psychologie. Dit autrement, les même ressources que notre cerveau quand il se met en route. Or, quand vous prenez des décisions importantes, vous consommer encore plus de ressources et, chemin faisant, vous finissez par en manquer. Et votre volonté en souffre. Résultat des courses ? La volonté décroît. Bonne nouvelle ! Ce n’est pas vous qui manquez de volonté mais votre cerveau qui manque de ressources. Du coup, que fait-il ? Il passe en mode « par défaut », c’est à dire qu’il passe les commandes aux programmes du subconscient. Bref, une ressource bien plus efficiente… à court terme ! Car les programmes par défaut vous ramènent aux anciennes habitudes, celles qui agissent sans que vous ayez à y penser. Et CQFD, vous revenez comme en 40, au point de départ pour croire que vous n’avez aucune volonté. Duh !

Et bien non.

Vous l’aurez compris, dans ce processus, c’est le subconscient qui tranche à votre place. Ainsi, les neurosciences nous apprennent que 95% de nos journées sont pilotées en mode « pilote automatique » ou « par défaut » ! Oui, c’est le subconscient qui gère ! Nous ne « contrôlons » que 5% de notre vie !

Aye, ça fait mal.

Du coup, la vraie question est de savoir : comment fait-on pour « programmer » ce 95% pour qu’il agisse dans le sens de mes objectifs ? La réponse : répétition ou l’hypnose.

Et c’est justement ce que nous découvre l’étude du l’Université de Stanford : le nombre de jours, en moyenne, nécessaires pour transformer un changement en habitude et la faire rentrer dans le mode « par défaut ». Bref, finis les programmes saboteurs, à nous la performance fluide et épanouie !

Aaaaah, c’est bon de se comprendre et de se connaître… Et ce n’est que le début car ces deux études, comme mentionné plus haut, ne concernent que l’étape 2 des 5 dont il est question dans cet épisode de votre chaine de podcasts Un Accent sur le Nouveau Leadership.

La suite est au bout du fil de vos écouteurs !

Bonne écoute !

 

Résultats de l'étude de l'Université de Stanford sur la volonté et la prise de décisions

L’université de Stanford et l’Université de Negev ont étudié l’impact de la prise de décisions sur la volonté et sur le type de décisions qui sont prises au cours de la journée.

Vous avez aimé ce podcast ?

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire et à apporter votre contribution.

Merci, on se retrouve au prochain épisode !

 

Et après, retrouvons-nous sur les réseaux pour encore plus de contenu !